Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Début d'une série d'articles consacrés à ce sujet aussi passionnant que complexe!

Pour Bénédicte et son Lord qui m'a contactée il y a peu, pour Lou et sa belle Daria et pour tous  les trotteux et PS dont j'ai croisé la route dans mon ancienne écurie (Ondin, Belle-Perle, Astoa et les autres...parce que vous m'avez beaucoup appris!).

N'hésitez pas à m'envoyer vos questions ou réactions sur le sujet pour compléter cette série!


De quoi parle-t-on?

Sur le marché du cheval de "loisirs", on trouve régulièrement de nombreux chevaux réformés des courses, jeunes, pour un prix guère plus élevé que celui de la viande... Le jeune trotteur par exemple commence sa carrière à 18 mois, où il est débourré en vue des qualifications, étape qu'une bonne partie ne parvient pas à passer...tardif, pas assez rapide, se mettant à la faute.... et les voilà déjà à deux-trois ans hors circuit.... 

tentant.... une bonne action, un cheval jeune , que l'on va pouvoir mettre à sa main, à petit prix, oui.....

Oui, mais une route semée d'embûche dans laquelle le futur propriétaire ne doit s'engager qu'en toute connaissance de cause et en étant bien entouré...

Au bout de la route, souvent une merveilleuse relation....

Parce qu'il y a une autre vie possible après le champ de course...



Quelques points à connaître avant de se lancer dans le "sauvetage"


Première question à se poser : pourquoi le cheval est-il réformé? Problème de santé? De comportement?

Quelques principes : plus le cheval est jeune et moins il a couru plus la marge de progrès est importante et plus la rééducation sera facile. Mieux vaut un cheval arrêté suite à une blessure, qu'en raison de sa rétivité. Avec du temps (ce que ne peuvent se permettre les entraîneurs car un cheval au box c'est un gouffre financier), une tendinite se soigne et pour peu qu'on ne vise pas le haut niveau ne laissera guère de trace. Un cheval à l'entraînement coûte très cher, il est donc soumis à une logique de rentabilité dès son plus jeune âge. Si un problème de santé nécessite un arrêt prolongé, le coût financier d'un cheval dans une écurie de courses à ne rien faire n'est pas supportable et la plupart du temps la réforme est immédiate.


A quoi s'attendre généralement?
Tout ces chevaux ont été débourrés très tôt, montés dès 18 mois alors que ce sont encore des bébés en pleine croissance, très fortement sollicités, tant physiquement que moralement, et tout ça n'est pas sans laisser de traces, et leur carrière risque d'être plus courte que celle d'un cheval classique qui aurait tranquillement grandi au pré jusqu'à 3 ans et aurait commencé son travail l'année suivante, âge où les chevaux de courses sont déjà pour certains en fin de carrière alors que leur squelette a à peine atteint son stade adulte!Ne parlons pas des chevaux d'endurance pour lesquels le vrai travail ne commence qu'à 7 ans.
Les répercussions peuvent se révéler des années après avec des problèmes articulaires et des soucis au niveau du dos. Les suros sont fréquents et peuvent parois entraîner des boiteries.

Ce sont globalement des chevaux puissants, endurants, résistants mais souvent anxieux et très peureux une fois sortis de leur environnement et peu habitués à la solitude!
La plupart des chevaux sur le marché des réformes sont des hongres (les juments repartant au haras comme poulinières) ou des entiers (beaucoup plus délicat!).

On peut retracer l'historique de la plupart des chevaux de courses sur le site de France Galop, ce qui donne une bonne idée de la carrière du cheval candidat au redressage.


Autres problèmes communs : souvent une bouche très endurcie avec l'utilisation de mors très durs.


Où acheter un réformé? :

On peut passer directement par le circuit course, mais pour un particulier lambda, le mieux est de faire appel à une association spécialisée , telle Sauve Qui peut (Betty et Blandine, deux amazones ont acheté leur TF par cette association et en sont ravies),  Cheval avenir , Irunblack....qui recueillent des réformés. L'avantage est que les chevaux ont déjà eu un bilan physique et que ces associations tentent d'associer au mieux le futur couple cavalier-cheval, en fonction du niveau du cavalier.

Lors de la visite d'achat, se faire accompagner par un vétérinaire pour un bilan complet au niveau des membres et du dos, déceler la présence de suros et la trace d'anciennes blessures qui pourrait compromettre sa future carrière.

Chez l'entraîneur, on peut rarement essayer vraiment le cheval, ou alors sur une piste, ce qui n'est pas l'idéal. Observer ses allures en longe, voir comment il réagit quand on l'éloigne de ses congénères, s'il n'est pas trop stressé par la cravache, le "provoquer" un peu par des demandes inhabituelles pour voir comment il réagit, s'il s'énerve...


Pour qui sont ces chevaux? De par leur petit prix, mais aussi pour la bonne action engendrée, une clientèle nombreuse existe mais les désillusions sont nombreuses et fautes de compétences nécessaires bon nombre de réformés finissent finalement plus ou moins abandonnés au pré...quand ils ne sont pas revendus...pour la viande. Pour ne pas en arriver là, il faut bien savoir à quoi on s'engage, s'assurer que l'on peut disposer régulièrement des conseils d'un professionnel et surtout, surtout, surtout que l'on va disposer du temps nécessaire!

Un an de "désintoxication" et de rééducation est souvent nécessaire avant de pouvoir commencer le travail proprement dit et les premiers mois il faudrait pouvoir lui consacrer deux petites séances quotidiennes pour construire la relation, le respect, la confiance et les bases du travail à pied. Un réformé demande dix fois plus de temps qu'un cheval normal! Et dix fois plus de patience et de pédagogie pour lui désapprendre tout ce qu'on lui a appris de manière plutôt brutale pour lui apprendre des choses opposées! Sacré challenge mais quelle satisfaction quand on y parvient!

A savoir pour le travail: ces chevaux n'ont appris qu'une chose : aller vite et droit : transition, incurvation, connaissent pas! Et une chose à garder en mémoire :  la plupart des départs de course (trot)  se font après une volte, les chevaux tournent et se lancent, un demi tour en promenade  en groupe  ou une grande étendue peut redéclencher certains souvenirs ou réflexes.

  Deux trotteurs (à gauche et droite) devenus chevaux de dame....


 

A suivre....



Tag(s) : #rééducation reconversion des courses au loisir