Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Feuille-de-croquis-faits-au-cirque-Olympique-ou-a-Londres-jpg

Feuille de croquis faits au cirque Olympique ou à Londres. Jockeys, amazones, écuyère debout, boxeur, écuyer de haute école géricault

 

une autre amazone par Géricault, une amazone au destin tourmenté

amazone-gericault.jpg

La Baronne Alexandrine Modeste Caruel de Saint Martin à cheval en amazone jambes à droite, par Géricault, 1812

Alexandrine Caruel, Barone de Saint Martin 

 

Wikipédia:

Jean-Baptiste Caruel de Saint-Martin (1757-1847), fit fortune dans la manufacture de tabacs sous la Révolution et l'Empire, épousa le 22 mai 1807 une jeune fille noble, Alexandrine-Modeste de Saint-Martin (1785-1875), de 30 ans sa cadette, union d'où naquit deux fils : Louis-Sylvestre Caruel de Saint-Martin né en 1808, et Paul Caruel de Saint-Martin né en 1809. Les Saint-Martin se sont illustrés tout au long du XVIIIe siècle au service de la Compagnie des Indes. 

 

Le futur peintre Théodore Géricault (1791-1824), neveu de Jean-Baptiste Caruel de Saint-Martin, sera le parrain de Paul Caruel de Saint-Martin (Géricault résidera plusieurs années au château du Chesnay entre 1812 et 1818 et aura une relation avec sa tante par alliance, Alexandrine, d'où naitra un fils Georges Hippolyte en 1818). Jean-Baptiste Caruel de Saint-Martin sera fait baron en 1819 après avoir ajouté en 1818 à son patronyme celui de son épouse.

 

http://mobile.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/la-femme-qui-aima-gericault-21328

Dans une lettre datée du 17 novembre 1875, Hippolyte, le fils naturel qu’Alexandrine eut de Gericault, écrit :

« Cet après midi, de la part d’une dame de 89 ans, décédée il y a deux mois, j’ai reçu ce portrait. C’est celui de cette femme dans sa jeunesse, peint par Géricault. Les décennies s’étant écoulées, le notaire s’est autorisé à me confier qu’il s’agissait d’Alexandrine Caruel, la jeune épouse de Jean Baptiste Caruel, l’oncle de mon père. Ce dernier hébergea longtemps son neveu à Versailles, l’entoura d’attentions, prit soin de ses études, s’intéressant à sa peinture et trouva à le placer dans l’atelier de Carle Vernet. Lorsque la liaison de Théodore et de sa tante fut découverte, le père du jeune Géricault et l’époux outragé décidèrent que l’enfant né de leur passion serait à jamais banni et placé chez des parents nourriciers. On ordonna aussitôt aux jeunes gens de ne pas chercher à le voir, ni à se revoir. Ces dispositions furent exécutées à la lettre. Condamnée par les siens et par la société, Alexandrine, séquestrée, se mura dans le silence le restant de sa vie. J’ai emporté sous le bras le portrait de ma mère. Son front est lumineux, sa bouche sensuelle, ses yeux scrutent un sombre avenir. On dirait qu’ils cherchent à m’atteindre, à transpercer les épaisseurs d’une interminable nuit qui nous sépare à jamais. Je la regarde, je la contemple, ma mère ...Tout cela est beaucoup trop loin. Sans issue. » (cf. vente Tajan du 18/12/2002).

Tag(s) : #Equitation en amazone spectacle écuyère de cirque