Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaillons au pas....

Pour moi, le pas, c'est un peu le moment de l'évaluation, c'est une allure où on ne peut pas tricher , où le moindre geste parasite entraîne une dégradation de l'allure, de la position...

C'est l'allure de l'hiver, où Eros ne bouge guère au pré, entre foin et gamelle, contre les kilomètres parcourus au printemps et l'été au fil de la dégustation des brins d'herbe des prés.

Cette saison, besoin d'un temps de détente et d'échauffement beaucoup plus long, et de temps de travail au pas entre deux exercices aux allures plus vive pour veiller, mon cheval n'était pas tondu, à ce qu'il n'y ait pas de transpiration excessive.

 

Notes de lecture et réflexions perso...

http://cours-equitation.com/category/dressage/page/2/

En effet, le pas est, de mon point de vue, l’allure reine pour mettre tous les rayons osseux et tous les muscles en mouvement.

 De plus, pour le cheval, travailler correctement à cette allure en s’employant de façon optimale demande beaucoup d’efforts, et il y a une vrai dépense d’énergie.

Cette allure est aussi très intéressante dans la mesure ou l’on peut répéter souvent les allongements  sans génèrer d’excitation ni porter atteinte à l’intégrité physique du cheval.

 

DSCF1119.JPG

Pas pour détendre, pour étendre, pour souffler, pour récupérer, pour travailler..

tout un programme!

De la fin de détente de la détente du cheval lors d'une séance de dressage qui sert aussi au travail de la position de la cavalière, temps sans étrier, au travail plus poussé, commençons par quelques grands cercles et serpentines pour mobiliser en douceur...

 

http://www.cheval-haute-ecole.com/index303.html

Chaque cheval a son pas, sa propre musique intérieure.

Sentez la cadence de pas qu’il faut donner à votre cheval : lorsque votre cheval marche relaxé, avec impulsion, dans une cadence juste, vous saurez que la cadence est bonne.

Le pas n’est pas un problème de mécanique. Ne cherchez pas à analyser la mécanique du pas…Essayez plutôt de sentir si votre cheval est harmonieux, s’il n’altère en rien sa vitesse, sa cadence, son attitude.

cheval-cavaliere-dos-carriere.JPG

Puis ce que j'appelle le "tortillage", toujours rênes plus ou moins longues du moment que mon cheval ne met pas le nez en l'air, vérifier la direction en utilisant le plus possible l'assiette pour arpenter la carrière en tous sens et commencer à mobiliser légèrement les hanches et les épaules, tourner autour d'obstacles, jouer avec les ombres pour se dessiner des parcours à suivre...

detente-cheval-pas.JPG

 

Notes de lecture sur le sujet

http://www.cheval-savoir.com/197-dressage-cheval-impulsion Pierre Beaupère

J’insiste souvent sur la qualité du pas et son utilisation pour « régler » le cheval. La lenteur et le calme de cette allure permettent de réellement préparer et équilibrer notre monture mais aussi d’associer des signaux à la réponse souhaitée et d’enseigner au cheval à réagir à des aides fines et délicates.
Outre ce rôle de réglage, le pas va aussi conditionner mentalement et physiquement le cheval et le préparer au travail qu’il va effectuer sous la selle. Dans ces conditions, il est très important que le rythme et l’énergie déployés dans cette allure soient le plus en accord possible avec le tempérament, la morphologie et le but recherché.

[...]

Et si j’aimerais commencer un long plaidoyer pour les détentes au pas rênes longues en extérieur et le passage de cavaletti dans cette allure en guise d’échauffement, je ne vais m’en tenir dans le cadre de cet article qu’au rythme du pas et à la corrélation entre l’attitude et la foulée.
Il est tout d’abord extrêmement important de réaliser que la longueur de la foulée et la position de l’encolure sont indissociables dans cette allure. Autant il possible de varier la position de l’encolure (basse ou haute par exemple) et l’étendue des foulées (« petits pas – grands pas ») au trot, autant toute tentative de dissociation au pas abîmera la qualité et la pureté de celui-ci. Le cheval ne peut donc allonger sa foulée que si on lui laisse la liberté d’encolure et ne peut prendre un placer haut que si la foulée se raccourcit et se ralentit

[...]

cheval-loisir.JPG

Que voit-on le plus souvent ? Le cavalier débutant considère le fait de marcher rênes longues comme de la balade et n’a généralement pas conscience de l’importance de ce moment pour la disposition mentale de l’animal mais aussi pour la décontraction et la musculature de son dos. Lorsqu’il reprend les rênes, le cheval se ralentit encore, le dos se creuse car il n’est pas décontracté et, le cheval étant déjà « endormi » lorsqu’on ne lui demande rien d’autre que de marcher rênes longues perd complètement le peu d’impulsion dont il dispose lorsque l’on demande la moindre esquisse de travail.
[...]

Dès lors, comment trouver la cadence qui convient à chaque cheval et que faire avec un cheval qui précipite son pas et trottine ?

Le pas rênes longues
Je le résume généralement en trois mots : en avant, en avant et en avant ! Il faut accepter l’idée que le pas du cheval se travaille durant toute sa vie. Ne soyez jamais satisfait, il peut toujours être plus ample, plus cadencé, plus énergique et plus décontracté.

Voici quelques idées et notions importantes :
Le grand entraîneur allemand Rick Klaassen me disait que chaque foulée que le cheval fait avec le dos creux est une foulée de perdue qui abîme le dos et qu’il n’y a pratiquement aucune raison valable de laisser un cheval marcher le dos creux et la tête en l’air.

  • Mon Maître Elisabeth de Walsche a l’habitude de parler du « capital dos » (comme lorsque l’on parle de la peau et des risques liés aux coups de soleil à répétition) pour expliquer que toute atteinte au dos du cheval est irrécupérable. Dès le moment où le cavalier s’assied pour la première fois sur un poulain, il peut soit le muscler (ce qui préserve le capital dos car les muscles et les ligaments dorsaux vont « porter » le cavalier et éviter que le poids de celui-ci ne pèse directement sur les vertèbres), soit lui porter préjudice (en faisant soutenir son poids par les seules vertèbres).[...]
  • Le pas rênes longues présente un énorme avantage dont aucun cavalier ne devrait se priver : c’est une récompense pour le cheval ET un excellent travail pour son dos. Donc il travaille sans s’en rendre compte et en étant récompensé ! On pourrait comparer cela à produire de l’électricité avec les tapis roulant des salles de sport…
    Nous allons donc chercher un pas rênes longues le plus détendu possible, où le cheval va étirer sa ligne dorsale et sa foulée au maximum. Pour cela, il est impératif que l’encolure soit en place. Je demande généralement aux cavaliers de prendre comme point de repère le garrot. Idéalement, le cheval doit avoir les oreilles plus basses que le celui-ci et étirer au maximum le bout du nez vers l’avant. Toutefois la position exacte de l’encolure lors du pas rênes longues va dépendre de la morphologie du cheval et de son tempérament. Pour les chevaux qui ont une tendance naturelle à marcher en portant l’encolure haute, nous allons leur demander d’étirer l’encolure légèrement plus bas que le cheval naturellement sur les épaules.
[...] détente cheval

L’énergie que le cheval va développer n’a rien à voir avec la rapidité. Ce que nous voulons, c’est que la foulée soit la plus ample possible. Sentez les antérieurs couvrir un maximum de terrain et surtout les quatre temps du pas. Pour cela, n’hésitez pas à compter 1-2- 3-4 à voix haute [...]
Tentez de vous passer de vos jambes et d’accompagner le cheval avec votre bassin mais n’acceptez aucune foulée « endormie ».

[...]

Dernier point important : le cheval qui précipite ou qui trottine. [...]
Ces chevaux ont besoin d’un travail spécifique qui consiste à les marcher au pas avec l’encolure très très basse, comme si l’on effectuait une descente d’encolure. A chaque tentative de précipitation ou trottinement, nous allons les faire tourner en effectuant un angle droit avec les épaules. [...]Ne le laissez pas marcher sur des longues lignes droites tant qu’il n’a pas appris à vous attendre. Rapidement il comprendra qu’il ne sert à rien de courir car le prochain tournant arrivera après quelques mètres. Progressivement, on pourra rallonger les lignes droites.
Un autre excellent exercice est d’enchaîner des serpentines aux boucles très serrées.
Ne vous préoccupez pas de la manière dont le cheval tourne, du moment que le changement de direction est le plus réduit possible.

[...]

Le pas en main et le pas rassemblé

Ici un seul mot : DOU-CE-MENT ! Beaucoup de cavaliers ont peur de marcher trop lentement au pas rassemblé et craignent d’éteindre leur cheval. Retenez qu’il n’y a aucun mal ni aucun risque à ralentir le pas, même à l’extrême, à la condition sine qua non de TOUJOURS garder la sensation que le cheval veut se porter en avant. Afin de se prémunir du risque d’éteindre l’impulsion, ralentissez le pas en gardant toujours la sensation que si vous demandez un départ au trot, le cheval passera immédiatement et franchement à l’allure supérieure. Dans ce cas alors vous condenserez et contrôlerez réellement l’énergie, ce qui est le principe même du rassemblé. [...]
Enfin, si justement vous perdez cette sensation que le cheval est prêt à tout instant à se porter franchement à l’allure supérieure, revenez au pas rênes longues bien en avant et tentez de raccourcir à nouveau vos rênes et l’allure sans perdre cette sensation d’énergie

 

Bon, ok, ça ça ne compte pas! Pas "libre", fin de séance!

travail-a-pied-cheval.JPG

Tag(s) : #séance de travail du cheval -dressage - CSO...