Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je reprends ma série d'articles autour de mes séances de dressage pour la rubrique: séance de travail du cheval,dressage, CSO, pistes pour travailler son cheval seul...

 

En ce moment, place au travail autour de l'appuyer:

 

A partir d'un exercice du livre : 101 exercices de dressage

appuyer.JPG

Il s'agit d'enchaîner toute une série de déplacements latéraux en conservant la même incurvation: cercle, épaule en dedans, appuyer, hanches en dedans sur la ligne du milieu et sur le passage du coin , appuyer, croupe au mur (renvers) ... et ainsi de suite.

Au début on privilégie le rythme et la cadence, avec un angle latéral très faible, que l'on augmente peu à peu, d'abord au pas, puis au trot.

En cas de perte d'impulsion, on n'hésite pas à remettre droit et à marcher l'arge dans un trot actif quelques secondes, à multiplier les transitions pour remettre le cheval devant les jambes. Inversement, on peut introduire régulièrement des voltes pour cadencer et rééquilibrer, réincurver.

 

et pour compléter, j'ai retrouvé un excellent article de cheval savoir autour des exercices préparatoires à l'appuyer

[...] l’appuyer implique de sa part un grand respect pour les aides, sans quoi il sera incapable de maintenir son pli et son équilibre.

 

Apprentissage de l'appuyer, les étapes :


Reprenons l’idée de décomposition de la difficulté (Kyra Kyrklund parle d’un puzzle dont on assemble les pièces pour obtenir l’image finale) et demandons-nous ce dont nous avons besoin dans l’appuyer.

  1. Le pli obtenu par la rêne intérieure,
  2. L’incurvation obtenue autour de la jambe intérieure et le contrôle de l’épaule intérieure par cette même jambe,
  3. La mobilité des hanches grâce à la jambe extérieure,
  4. La rondeur et le contrôle grâce à la rêne extérieure et le dos du cavalier, la rêne qui enveloppe le cheval et le dos qui maintient l’équilibre.

[Pour préparer l'appuyer ]  Nous allons donc :

  1. Travailler le pli en marchant droit encolure fléchie. Il est important dans cet exercice que le cheval ne mette pas plus de poids sur l’épaule du côté de la flexion. C’est la jambe intérieure qui s’occupera de maintenir les épaules droites.
  2. On augmentera le contrôle des épaules obtenu par la jambe intérieure grâce à l’épaule en dedans. De plus, cet exercice permettra d’incurver tout le corps du cheval autour de la jambe.
  3. La mobilité des hanches sera tout d’abord obtenue par les rotations autour des épaules ainsi que les cessions à la jambe avec très peu de pli, voire même un léger pli à l’extérieur. Ensuite, un excellent exercice pour mettre le cheval dans les aides est la répétition de têtes au mur sur quelques foulées : marchez le cheval droit le long de la piste (puis sur les lignes du milieu) puis demandez une tête au mur, en cherchant à obtenir une réaction rapide à la demande de la jambe extérieure. Ne faire la tête au mur que sur deux ou trois foulées puis redresser sur quelques foulées puis tête au mur à nouveau. La répétition de cet exercice amènera beaucoup de mobilité aux hanches mais aussi beaucoup de respect du cheval pour les aides. Encore une fois, c’est le genre d’exercice qui va permettre de mettre le cheval « dans les aides ».
  4. Afin d’augmenter encore le respect du cheval pour les aides mais aussi sa rondeur et son équilibre, on réalisera de nombreuses transitions de l’arrêt au pas puis au trot dans les épaules en dedans et les têtes au mur (c’est un exercice merveilleux !), en veillant bien à sentir que le cheval se ploie autour de la jambe intérieure. Faire très attention à envoyer sa position dans le sens du mouvement pour ne pas rester « en retrait » de l’appuyer. D’autre part, rappelez-vous que la hanche intérieure du cavalier peut remplacer grandement l’éperon.

Il suffira alors de prendre la diagonale bien droit puis de demander une tête au mur sur celle-ci. C’est le meilleur moyen pour éviter de demander trop de mouvement latéral ou de hanches, ce qui provoque immanquablement la perte de l’incurvation et le dérèglement de l’allure. Le fait de bien visualiser où se trouve la diagonale et l’endroit précis où l’on veut arriver à la piste est primordial lorsque j’enseigne les appuyers. D’autre part, j’insiste énormément sur le fait que le cheval regarde droit (avec ses deux yeux) vers l’endroit où il va.

  1. Dans l’appuyer le cheval regarde où il va avec ses deux yeux !
  2. L’avant-main continue à marcher droit !
  3. Penser à une tête au mur sur la diagonale ! Ici le cavalier doit faire l’effort d’imaginer qu’il a le mur sur sa gauche, cela va l’aider à trouver le bon angle.
  4. Décidez absolument de l’endroit exact où vous voulez arriver !
Tag(s) : #séance de travail du cheval -dressage - CSO...