Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'ai souvent des lecteurs qui arrivent sur le blog suite à des recherches du type "comment travailler son cheval seul", "idées d'exercices d'équitation" et autres pistes de travail de séances de travail du cheval, et une question revient souvent "comment varier les exercices de dressage".

Si pour les idées d'exercices, au fil des différentes rubriques du blog :

séance de travail du cheval,dressage, CSO...

équitation sans mors, licol cordelette éthologie

éthologie longe liberté travail à pied

équitation en amazone : technique, disciplines

équitation en amazone et en cordelette

il commence à y avoir pas mal d'idées, deux trois réflexions sur des choses que l'on entend souvent au sujet de la discipline équestre du dressage/

 

Certes, la répétition est nécessaire dans les exercices visant à assouplir ou muscler le corps du cheval,  comme un danseur répète chaque jour les mêmes mouvements de base, comme un pianiste enchaîne ses gammes... Certes.

Mais ainsi que le dit Linda Tellington-Jones " Certes, la répétition est utile pour poser les voies neuronales de l'apprentissage, mais je doute que des centaines de redites s'imposent. en fait, je crois même que la répétition bête et disciplinée suscite l'ennui, la rétivité et parfois le stress jusqu'à l'insanité.

  automne-amazone-7.jpg

Heureusement,  nous avons la chance en terme d'équitation de pouvoir réaliser ces exercices de façon différente justement!

Il suffit déjà de garder à l'esprit quelques questions :
Qu'est il important de faire?
Pourquoi fait-on tel exercice?

N'y en aurait-il pas un autre à faire en alternance aboutissant au même but par exemple?

Est-ce que je ne peux pas le faire à un autre endroit? D'une autre façon?

 

Par exemple, pourquoi ne pas travailler les déplacements latéraux un jour à pied, le lendemain aux longues rênes, le jour suivant au hasard d'un chemin de promenade?Et lors de la "séance de dressage", il y a bien des façons d'aborder l'épaule en dedans par exemple autrement que d'enfiler des longueurs et des longueurs ainsi! (voir quelques idées dans la rubrique séance de travail du cheval,dressage, CSO...)

 

Pourquoi dressage devrait-il rimer avec toujours les mêmes exercices, poussés chaque jour un peu plus loin certes, mais toujours les mêmes , dans un lieu clos?

amazone-5.jpg

Vous le savez, je suis une adepte de la variété et du mélange des genres, mais il me semble que pour le moral des troupes, cavalier, comme cheval, ce n'est pas la pire des approches non?

 

A côté de cela, j'aime (et mon cheval stressé aussi!); les routines, les rituels, rassurants, permettant de libérer l'esprit pour le concentrer sur autre chose (l'attention à la position par exemple).

 

Alors comme dans tout, c'est sans doute dans un juste milieu qu'est la réponse.

Répétons, oui, mais essayons plutôt de reformuler un peu autrement.

Cheval blasé , ou au contraire anticipant, ce n'est pas ce qu'on cherche!

automne-amazone-11.jpg

La leçon par Pierre Pradier  http://www.mecaniqueequestre.com/lalecon/index.html

Si la routine est une catastrophe, le cheval, lui, est un animal d'habitudes. Il y trouve son confort moral, sa sécurité, et, si la leçon est bien donnée, avec toute la progressivité requise, le sentiment gratifiant et élaborateur de calme, que rien qu'il ne puisse exécuter ne lui sera demandé.
La leçon doit être parfaitement structurée pour assurer l'échauffement musculaire, appréhender l'état physique du cheval, vérifier le connu et la facilité de son exécution, permettre enfin la progression du connu vers l'inconnu et le retour au calme.
Enfin et surtout, la fin de la leçon prépare la leçon du lendemain…
La leçon doit être parfaitement structurée aussi pour éviter au cavalier les oublis, les pages sautées dans la progression. En d'autres termes, un instructeur doit non seulement l'exiger de ses élèves, mais également utiliser le même canevas lorsqu'il travaille son cheval sous leurs yeux pour les confirmer dans le protocole.


automne-amazone-10.jpg La leçon doit également prendre en compte d'autres données physiologiques : d'une part, le but des assouplissements est certes de faire jouer les articulations dans leur plus grande extension et ploiement possibles, de mobiliser les muscles en étirement et contraction, mais aussi d'élaborer progressivement une musculature adaptées à ces attitudes rarement prises, à ces mouvements fort peu exécutés par les chevaux en liberté.
Comme toute élaboration musculaire, celle-ci sera d'évidence longue et nécessitera d'y exercer le cheval pendant un temps certain.  L'habileté du cheval à prendre ces attitudes dans une locomotion harmonieuse, à exécuter facilement ces mouvements d'assouplissement sont les seuls critères de la mise en place de cette musculature adaptée. De telle sorte que l'on ne peut affirmer avoir assoupli, même partiellement, avant que tous les assouplissements (cessions, épaules en dedans, hanches en dedans, appuyers) ne soient devenus de véritables allures. C'est là un point très important.


automne-amazone-8.jpg En revanche, dans la leçon quotidienne, ces assouplissements une fois mis en place  ne seront demandés, comme une vérification musculo-articulaire et de disponibilité, que jusqu'à l'exécution la plus parfaite possible en l'état du dressage du cheval. Il ne faut pas « endormir » le cheval, mais au contraire passer rapidement d'un exercice à l'autre pour réveiller son attention et parfaire sa disponibilité.
D'autre part, la leçon quotidienne doit être une succession d'efforts musculaires coupés de périodes de récupération. Ces efforts musculaires doivent être de courte durée pour ne pas nécessiter des récupérations trop longues. Une bonne récupération peut être, par exemple, une succession de travers-revers au pas, cadence lente, avec une encolure étendue.

Tag(s) : #séance de travail du cheval -dressage - CSO...